(pas de titre)

1849

Toutes les correspondances de l'année :
Contenu de la correspondance:

réponse à la lettre de condoléances envoyée à l’occasion probablement de la mort du banquier Dosne, son beau-père)

 
Mon cher Flahault,
Je vous remercie de vos excellents témoignages, et je vous assure que j’en suis vraiment sensible. Nous avons perdu un excellent homme, sage, habile et probe. Il avait travaillé toute sa vie pour assurer une fortune à ses enfants, et il a vu cette odieuse révolution de 1848 en détruire une partie. Les troubles de cette année l’ont livré sans forces aux coups du choléra. Il nous laisse un avoir très modique, mais suffisant pour nous soustraire à toute dépendance. Nous voilà dans la médiocrité et la liberté. C’est ce qu’il nous faut, et sans nos chagrins de coeur, nous serions sans aucune affliction pour le reste. Quelle année que celle qui vient de s’écouler ! Et quelles années que celles qui nous attendent ! Gardons au moins la paix, qui nous permettra de nous voir, et qui permettra aux honnêtes gens de tous les pays de se tendre toujours la main.
Adieu. Je vous prie d’adresser mes hommages à Madame de Flahault.
Tout à vous.
A.Thiers
* Le secret du coup d’Etat (Guedalla-Kerry / Emile-Paul 1928 /p.80-81)

Toutes les correspondances de l'année :
Contenu de la correspondance:

Chère Madame de Flahault,
C’est bien bon à vous d’être aussi préoccupée de ma santé, et de m’offrir un moyen aussi agréable de mettre à l’abri du choléra. (Il y eut une grave épidémie de choléra à Paris pendant le printemps et l’été de 1849.) J’en profiterais sans le choléra avec bien du plaisir, je vous le jure, mais il se prépare un choléra politique qui me paraît devoir être plus grave, peut-être, que tout ce que nous avons vu jusqu’ici, et il m’est impossible de m’éloigner, surtout après la position que j’ai prise, et la confiance que j’inspire au prince. Je le vois tous les jours, plutôt deux fois qu’une. Il cause de tout avec moi : des hommes, des événements. Puis-je décemment le planter là dans un moment critique ? – C’est impossible !
Les élections (Au cours du mois, l’Assemblée constituante devait être remplacée par une Assemblée législative) paraissent devoir être moins bonnes qu’on ne s’y attendait. Le socialisme a fait des progrès effrayants; dans plusieurs départements, la liste rouge passera, et si la liste modérée passe dans d’autres, ce sera à une si faible minorité que l’effet moral en sera désastreux. (Morny se trompait. Il n’y eut que 100 socialistes élus sur 700 membres) Dans ce cas, il n’y aura plus qu’à plier bagage, à organiser une guerre civile, et à prier MM les cosaques de nous aider ! Je ris en écrivant cette phrase et je pense que votre fierté nationale va se révolter; mais croyez-moi, si vous voyiez un socialiste près de vous, vous n’hésiteriez pas à lui préférer un cosaque… Mon patriotisme s’arrête là.
Enfin il m’est difficile de tout vous écrire, mais soyez sûre que si la Chambre est mauvaise, nous sommes perdus dans huit jours, et si elle est médiocre nous le serons dans un mois. Il n’y a que l’Empire qui pourrait nous sauver. Les hommes politiques y mordent, les plus gros : mais le prince a des scrupules de probité. Enfin d’ici peu, il se passera de grandes choses. »
(Seul l’Empire peut sauver la situation. Quelques-uns des principaux politiciens mordillent à l’hameçon, mais le prince a des scrupules…)
Je crois que je serai nommé en Auvergne, cependant on m’écrit que la liste rouge a énormément de voix. Dans ce cas, je serai exclu. Je le regretterais tout juste, car Dieu sait le sort qui sera réservé à cette Assemblée. Merci encore, chère Madame de Flahault, et croyez à mon sincère dévouement.
AUGUSTE
PS : M de Flahaut aurait tort de venir en ce moment. Il ne pourrait rien faire de bon. Il n’est lié à aucun parti et se compromettrait inutilement. (Il n’est dans le mouvement de personne : il s’exposerait sans utilité.)
 

Le Duc de Morny (Robert Christophe / Hachette / p.72-73)
Le duc de Morny (Gerda Grothe / Fayard / p.66)
Flahaut (Françoise de Bernardy / Perrin / p.301-302))
Le coup du 2 décembre (Henri Guillemin / Gallimard / p.110, 119 et 339)
La Deuxième République (Inès Murat / Fayard / p.404-405)
Le secret du coup d’Etat (Guedalla-Kerry / Emile-Paul 1928 /p.86 à 88)
Le duc de Morny (Marcel Boulenger / Hachette / p.44-45)
Lettres intimes du duc de Morny

Toutes les correspondances de l'année :
Contenu de la correspondance:

« Il exerce sur moi, note Flahaut, une sorte de fascination… Ce qui est curieux, c’est qu’il attire précisément par ses manières si simples et naturelles. »
 
* Louis-Napoléon à la conquête du pouvoir (Dansette / Hachette / p.263)

Toutes les correspondances de l'année :
Contenu de la correspondance:

« Puis-je décemment le (Louis-Napoléon) planter là dans un moment critique ? Cela est impossible, » écrivait-il à Londres à Mme de Flahaut.
 
* Dans l’entourage de l’Empereur (Emile Dard / Plon / p.57)

Toutes les correspondances de l'année :
Contenu de la correspondance:

« Puis-je décemment le (Louis-Napoléon) planter là dans un moment critique ? Cela est impossible, » écrivait-il à Londres à Mme de Flahaut.
 
* Dans l’entourage de l’Empereur (Emile Dard / Plon / p.57)

toute la correspondance échangée entre Charles de Flahaut et sa femme Margaret Mercer Elphinstone

Toutes les correspondances de l'année :
Contenu de la correspondance:

« Mon cher général, je suis bien fâché que cette indisposition m’avait empêché de vous recevoir et… »
 
* Le coup du 2 décembre (Henri Guillemin / Gallimard / p.56)

Toutes les correspondances de l'année :
Contenu de la correspondance:

« Quelles canailles cette bande Dufaure, Tocqueville et Beaumont, qui prônent les principes républicains en public et, dans le privé, se moquent de la République et font la curée de toutes les places. »

* Morny et son temps (Parturier / Hachette / p.69)
* Lecoup du 2 décembre (Henri Guillemin / Gallimard / p.168)

Toutes les correspondances de l'année :
Contenu de la correspondance:

 » L’air était tellement au coup d’Etat, qu’on jouait cartes sur table. On s’anima beaucoup et M de Morny semblait trouver qu’un coup d’Etat avec l’Empire, plus de Chambre, plus d’hommes importants, était le projet le plus simple à exécuter. M de Flahaut, avec plus de modération, semblait abonder en ce sens, disant à M Thiers qu’il comprenait qu’il fût opposé à ce projet parce qu’il y perdrait son importance personnelle. A quoi M Thiers, piqué de cette impertinence, répondit par une autre en disant à M de Flahaut : « Vous qui êtes étranger… » On sait qu’il a épousé une Anglaise et se retire en Ecosse dans tous les moments difficiles que traverse la France… »
« – Le président n’est-il pas l’élu du suffrage universel, avec six millions de suffrages ? déclara Morny. Il peut consulter encore la France ; il les retrouvera… »
 » C’est sur ce ton que nous discutâmes jusqu’à deux heures du matin, M Thiers avec une sagesse politique remarquable, M de Morny avec une grande fausseté et moi (Mme Dosne) avec une grande violence… M de Flahaut était tempéré, mais mauvais dans ses pensées… »
 
* Flahaut (Françoise de Bernardy / Perrin / p.302-303)

Toutes les correspondances de l'année :
Contenu de la correspondance:

« J’ai fait ma visite (au Prince Napoléon) hier. Je ne peux pas vous donner les détails de cet entretien avant que nous nous revoyions ; sachez seulement qu’il est impossible d’imaginer accueil plus bienveillant que celui dont j’ai été l’objet. (Rien ne peut surpasser l’amabilité de l’accueil du prince). Quand je suis entré, il m’a pris la main et m’a dit que j’étais mêlé à ses plus vieux souvenirs, qu’il espérait pouvoir me considérer comme un vieil ami. Notre entretien a duré plus d’une heure (une heure et demie), nous avons beaucoup parlé du passé, plus encore du présent…mais, je le répète, cela doit rester… Je me proposais de partir samedi, mais je dois prolonger à cause d’un dîner avec le P[rince]. J’ai vu la princesse Mathilde qui s’est enquise de vos nouvelles tendrement. Je vais à l’instant chez Jérôme. »
 

Napoléon III (Castelot / Perrin / p.556)
Dans l’entourage de l’Empereur (Emile Dard / Plon / p.57)
Flahaut (Françoise de Bernardy / Perrin / p.303)
Le secret du coup d’Etat (Guedalla-Kerry / Emile-Paul 1928 /p.100-101)

toute la correspondance échangée entre Charles de Flahaut et sa femme Margaret Mercer Elphinstone

Toutes les correspondances de l'année :
Contenu de la correspondance:

« J’ai fait ma visite (au Prince Napoléon) hier. Je ne peux pas vous donner les détails de cet entretien avant que nous nous revoyions ; sachez seulement qu’il est impossible d’imaginer accueil plus bienveillant que celui dont j’ai été l’objet. (Rien ne peut surpasser l’amabilité de l’accueil du prince). Quand je suis entré, il m’a pris la main et m’a dit que j’étais mêlé à ses plus vieux souvenirs, qu’il espérait pouvoir me considérer comme un vieil ami. Notre entretien a duré plus d’une heure (une heure et demie), nous avons beaucoup parlé du passé, plus encore du présent…mais, je le répète, cela doit rester… Je me proposais de partir samedi, mais je dois prolonger à cause d’un dîner avec le P[rince]. J’ai vu la princesse Mathilde qui s’est enquise de vos nouvelles tendrement. Je vais à l’instant chez Jérôme. »
 

Napoléon III (Castelot / Perrin / p.556)
Dans l’entourage de l’Empereur (Emile Dard / Plon / p.57)
Flahaut (Françoise de Bernardy / Perrin / p.303)
Le secret du coup d’Etat (Guedalla-Kerry / Emile-Paul 1928 /p.100-101)