(pas de titre)

Paris, lundi 24 novembre 1851 | Charles de Flahaut à sa femme | orage inévitable

Titre de la correspondance: Paris, lundi 24 novembre 1851 | Charles de Flahaut à sa femme | orage inévitable
Toutes les correspondances de l'année :
Contenu de la correspondance:

J’ai dîné hier soir à Passy et j’ai entendu M Guttman au piano. C’est un élève de Chopin qui a donné autrefois des leçons à Emilie. Il était alors un jeune débutant ; c’est maintenant un exécutant des plus admirables. Je dîne aujourd’hui chez les Rothschild que je ne connais pas encore.J’espère que vous avez lu le Constitutionnel de ce jour. L’article sur l’Assemblée (Les deux dictatures, article dans lequel Granier de Cassagnac accusait l’Assemblée de comploter la destituton du Président) fût cité en justice. On m’a dit qu’il avait préparé ses preuves et que, s’il est appelé à comparaître, il citera Molé comme son informateur. Vous verrez que Molé est désigné cmme ayant averti le Président du complot ourdi contre lui. Le fait est qu’il y a tant de chaleur dans l’air qu’il y aura un orage bientôt – je dirai très prochainement. L’Assemblée n’est qu’une écoeurante collection d’intrigants [sic]. J’ai vu d’Haubersaert qui revient de chez Duchâtel et le juge fort raisonnable. D’Haubersaert est bien, il a un excellent moral. Entre nous, il m’a dit que Duchâtel et Montalivet étaient plutôt peinés de l’accueil reçu à Claremont. La Reine et la Famille royale ne leur ont parlé que de la pluie et du beau temps. Thiers et Lasteyrie ont capté toute leur confiance…Vous entendrez sans doute parler de cette sorte de bagarre qui a eu lieu hier au Louvre lors de la cérémonie de la distribution des médailles pour la Grande Exposition. Ce n’a été qu’une irruption du public dans le vestibule, due à ce que le ministre du Commerce n’avait pas avisé le Préfet de Police ; et par conséquent on n’avait pas pris de mesures de précaution ni rassemblé d’agents. D’ailleurs, le Président n’a pas été mal reçu. Il a toutefois été obligé de se retirer, car la foule était si dense que la cérémonie n’a pu avoir lieu.
* Le secret du coup d’Etat (Guedalla-Kerry / Emile-Paul 1928 /p.152 à 154)

toute la correspondance échangée entre Charles de Flahaut et sa femme Margaret Mercer Elphinstone